Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Nous ne nageons pas dans les surplus

journal-de-quebec27 juin 2015 – Source : Journal de Québec

Directeur général de l’association québécoise de la production d’énergie renouvelable (AQPER) Jean-françois Samray

Réplique à un article de Pierre Couture – Dans un article publié le 22 juin, le journaliste Pierre Couture présente une image de la réalité énergétique du Québec qui nous semble erronée. Voici quelques faits qui remettent les choses en contexte.

DÉFICIT GLOBAL

Citant l’analyste en énergie de l’union des consommateurs, M. Couture réitère qu’hydroQuébec «nage dans les surplus». En réalité, le Québec est en déficit énergétique global, puisque 56 % de l’énergie consommée ici n’est pas produite par Hydro-québec ou quiconque d’autre chez nous. Elle est importée et nous coûte 16 milliards $ par année.

DES surplus ? tant MIEUX !

Par le passé, les surplus d’électricité ont permis le remplacement du mazout importé dans nos systèmes de chauffage, le développement économique de nos régions et la signature de contrats d’exportation à long terme avec les États-unis. Aujourd’hui, cette marge de manoeuvre de l’ordre de 2 % nous permettra de pourvoir à l’augmentation de la demande des prochaines années, de conserver nos alumineries ainsi que de mener à bien plusieurs initiatives porteuses pour le Québec, dont accueillir des centres de données informatiques, gros consommateurs en quête d’électricité verte. Elle nous donne l’occasion de remplacer progressivement le pétrole que nous importons par de l’électricité ou des biocombustibles, nous conférant ainsi l’avantage d’améliorer notre environnement et de créer des emplois non délocalisables dans nos régions.

JOUER AVEC LES CHIFFRES

Lorsqu’il parle des coûts au consommateur québécois, M. Couture jongle artificiellement avec les prix pour frapper l’imaginaire. Il compare notamment des prix d’achat en dollars futurs avec des tarifs résidentiels exprimés en dollars d’aujourd’hui.

VISION, AUDACE, LEADERSHIP

Avec un peu d’imagination et d’audace, on saura profiter de l’énorme avantage conféré par les ressources qui nous sont disponibles. Hydraulicité, potentiel éolien et forestier, expertise en technologies de biométhanisation sont tous des bienfaits, comme en témoigne notre site parlonsrenouvelable.ca. On peut aussi faire une meilleure mise en marché de nos énergies renouvelables, notamment en faisant la promotion des filières pour lesquelles des crédits environnementaux ont spécifiquement été créés sur les marchés limitrophes.

Il est temps de regarder de l’avant et de parer au déficit créé par notre dépendance au pétrole en célébrant notre capacité de production et en intégrant la substitution dans la nouvelle politique énergétique. C’est dans l’intérêt économique, social et environnemental de tous les Québécois.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal de Québec

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s