Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Il économise 500$ par année en chauffant au bois

journal-de-quebec29 décembre 2015 – Source : Journal de Québec

Chauffer sa maison au bois l’hiver plutôt que de le faire à l’électricité pourrait coûter 500 $ de moins par année , selon un analyste en énergie.

«Pour produire la même chaleur, utiliser du bois coûterait 15 % moins cher que le gaz naturel et 25 % à 30 % que l’électricité», soutient Jean-François Blain, qui a calculé les prix de différents types de chauffage.

Pour une maison unifamiliale de 1500 pi2 bien isolée, chauffée 180 jours par année, il en coûterait environ 825 $ de bois de chauffage (8,3 cordes de bois) plutôt que 1333 $ d’électricité.

Le coût du chauffage au gaz naturel serait aussi moins élevé qu’à l’électricité. Il se chiffrerait à 1114 $ par année.

«Hydro-Québec charge un tarif plus élevé pour les kilowatts-heure excédentaires que l’on utilise lors des journées froides. On se sauve donc de ces coûts supplémentaires parce que le prix du bois reste stable», explique M. Blain.
En effet, selon le spécialiste, le prix pour ces kilowatts-heure supplémentaires a bondi de 40 % depuis 2003.

Seulement 12 % des Québécois utilisent un appareil au bois comme source de chauffage principal tandis que 78 % des gens ont recours à l’électricité.

Option pour économiser

deaee5af-db40-4e4b-b593-e4f19856a104_ORIGINAL

Mais le chauffage au bois comporte tout de même des désagréments. Il ne s’agit pas d’un système autonome comme l’électricité, le gaz naturel ou le mazout.

«L’occupant doit alimenter lui-même l’appareil de chauffage en y ajoutant des bûches. Il ne peut pas partir durant plusieurs jours parce que ça ne chauffe pas tout seul, sauf si on installe un appareil aux granules, mais c’est plus dispendieux», cite en exemple M. Blain.

Le chauffage au bois est aussi souvent interdit dans les grandes villes, comme c’est le cas à Montréal pour des questions environnementales. «Même si les systèmes d’aujourd’hui sont très peu polluants», insiste M. Blain.

Le spécialiste croit par ailleurs qu’Hydro-Québec devrait encourager cette option qui pourrait être complémentaire au chauffage à l’électricité et qui permettrait aussi à la société d’État d’économiser.

«Les moments où l’on a besoin d’un pic d’énergie sont peu nombreux, trois ou quatre fois dans une année. C’est donc absurde de continuer à investir dans des équipements pour les gérer alors que l’on a d’autres sources d’électricité disponibles», conclut M. Blain.

LES MEILLEURS BOIS POUR CHAUFFER
Orme liège
Chêne blanc
Érable à sucre
Hêtre
Chêne rouge

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal de Québec

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s