Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Pour aider un lecteur

journal-de-montreal4 juin 2015 – Source : Journal de Montréal, par Louise Deschâtelets

« Je m’adresse à celui qui disait ressentir des douleurs abdominales dès qu’il entrait dans son appartement. Contrairement à ses dires, je ne crois pas que le phénomène soit conséquent à un mauvais sort qu’on lui aurait jeté. Je le mettrais plutôt sur la piste du compteur intelligent qu’Hydro-Québec a peut-être installé chez lui.

Comme plusieurs histoires lues sur Internet, je suis moi-même victime des effets néfastes sur ma santé des fortes ondes électriques émises par le mien. Cet avis s’adresse à tous ceux à qui on a déjà installé un compteur intelligent: La vigilance est de rigueur.

David B. le bon citoyen »

Vous avancez là une vérité scientifique qui prête à interprétation. Un scientifique américain du nom de Carpenter, persiste à dire que l’état de la recherche nous permet d’affirmer que les compteurs-émetteurs de radiofréquences peuvent constituer un risque pour la santé. Alors que Santé-Canada et Hydro-Québec affirment que non, puisque le téléphone cellulaire émet 13 fois plus d’ondes que le compteur, et le micro-onde, 40 fois plus. Et pourtant, on ne se prive ni de l’un ni de l’autre, et on n’entend jamais personne tenter de nous convaincre de se départir de ces deux outils si utiles dans nos vies quotidiennes. Qui croire?

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal de Montréal

> Lire la réaction de Jocelyne Breton de Lévis Refuse à cet article

Publicités

Une réponse à “Pour aider un lecteur

  1. Jocelyne Breton, Saint-Nicolas 5 juin 2015 à 21:53

    Madame Deschâtelets, en ce moment, Santé Canada est malheureusement loin d’être une source fiable pour évaluer la dangerosité des radiofréquences (RF). Pour votre information, en mars dernier, Santé Canada, a révisé le Code de sécurité 6 sur les niveaux d’émissions jugées acceptables des RF. Cette révision n’a apporté à peu près aucun changement et de plus, il faut savoir qu’il n’y a aucune obligation pour qui que ce soit de s’y conformer… Ce n’est qu’une valeur maximale suggérée! Avec les normes établies par le Japon et les États-Unis, ce code est le plus laxiste au monde, et il ne tient compte que des études qui ont traité des effets thermiques, alors qu’à l’international on reconnaît déjà que les effets physiologiques, qui sont autrement plus graves et que ce sont eux qui doivent faire l’objet d’études sérieuses.

    Suite aux préoccupations formulées par certains députés fédéraux, en avril dernier, le Comité santé de la Chambre des communes, à Ottawa, a tenu des audiences pour vérifier la rigueur des processus et des critères d’évaluation de la Société royale du Canada qui est mandatée pour effectuer la revue de littérature et pour formuler les recommandations à Santé Canada afin d’ajuster ce Code en fonction des développements scientifiques récents. Lors des audiences, des chercheurs représentant autant l’industrie que la recherche indépendante ont été entendus par la commission. Un rapport est attendu en juin ou juillet prochain, mais si l’on se fie à ce qui a été entendu, il appert qu’il y a un manque flagrant de rigueur dans le processus d’évaluation des risques de Santé Canada. Il faut comprendre que les radiofréquences sont une source de revenus majeure par le gouvernement canadien et l’industrie du sans-fil exerce un lobby très soutenu au gouvernement fédéral.

    En ce qui a trait à la fiabilité d’Hydro-Québec lorsqu’elle nous donne des informations sur la prétendue innocuité de ses appareils, vous devez savoir trois choses. La première, c’est qu’aucune étude scientifique n’a jamais été faite sur l’innocuité de la technologie spécifique des compteurs intelligents en fonction de la puissance d’émission pulsée qu’elle génère. La deuxième, c’est qu’il n’y a que deux chercheurs au Québec qui sont vraiment spécialisés dans la recherche sur les effets des ondes électromagnétiques. Il s’agit du Pr Paul Héroux, PhD et du Pr Ying Li, PhD de l’Université McGill. À eux deux, ils mènent 5 projets de front, et les premiers constats qui ressortent clairement, c’est que les ondes électromagnétiques peuvent soigner ou peuvent rendre très malade selon la façon dont on les emploie. La troisième, c’est que les comparaisons avec d’autres appareils sans fil sont souvent boiteuses, car ceux-ci ne fonctionnent pas toujours avec les mêmes caractéristiques d’émission. Lorsque Hydro-Québec compare ses compteurs avec des moniteurs pour bébé, des téléphones cellulaires et des fours micro-ondes, elle le fait sur une moyenne d’émission répartie sur un certain laps de temps, disons pour la compréhension de l’exemple 20 minutes. Un pic d’émission se fait sur une durée de quelques millisecondes, disons 4 millisecondes par pic pour les fins de l’exemple. Si l’appareil émet des pics à toutes les 20 secondes pendant 20 minutes, cela totalisera 60 émissions. Si on interprète l’ampleur des émissions en termes de moyenne, cela signifie que l’on répartit sur 20 secondes une émission de 65 000 microwatts/mètres carrés sur 20 000 millisecondes. Cela revient à dire que l’émission moyenne est de 55 microwatts par mètre carré, ce qui a l’air beaucoup plus rassurant que de dire 60 pics de 65 000 microwatts/mètre carré sur 20 minutes. En termes clair, c’est comme si je vous disais, je vais vous asséner un coup de marteau sur la tête, avec une pression de 2 livres au pouce carré, à toutes les 20 secondes, mais ça ne fera pas mal parce que vous disposerez de 19 996 millièmes de secondes pour vous en remettre entre chaque coup! Ce raisonnement est un non-sens, car la douleur répétitive deviendra insoutenable et, à la fin de la journée, si vous n’êtes pas morte vous n’en serez pas loin!!!

    En terminant, une petite précision en ce qui concerne le scientifique américain auquel vous faites allusion dans votre article. Il s’agit du Pr David O. Carpenter, médecin spécialisé en santé publique et directeur de l’Institut pour la Santé et l’Environnement, un Centre de Collaboration de l’Organisation Mondiale de la Santé, et professeur de sciences de la santé environnementale à l’École de Santé publique à l’Université d’Albany, à New York. Il a passé sa vie à faire de la recherche dans le domaine des radiofréquences et, précédemment, il était directeur du Wadsworth Center du Ministère de la Santé de l’État de New York. Il a également agi à titre de doyen de l’Université, à l’École d’Albany de Santé publique. Il est diplômé de Harvard en médecine et a à son actif plus de 370 publications d’articles scientifiques soumis à ses pairs. Il a aussi rédigé six livres à teneur scientifique. Alors, quand vous dites qu’il « persiste à dire que l’état de la recherche nous permet d’affirmer que les compteurs émetteurs de radiofréquences peuvent constituer un risque pour la santé », laissez-moi vous dire qu’il a drôlement plus de crédibilité que les fonctionnaires, qui font des revues de littérature pour la Société royale du Canada ou pour l’Institut national de la santé publique du Québec, et qui n’ont probablement jamais mené eux-mêmes aucune recherche sur le sujet, et encore moins d’essais scientifiques en rapport avec les sujets sur lesquels ils se prononcent.

    Le problème des effets santé touche tous les appareils émetteurs d’ondes, incluant les téléphones cellulaires. Bien sûr, il n’est pas question de renoncer à la technologie sans-fil. Cependant, il faut la réglementer de façon responsable et forcer les fabricants à modifier leurs façons de faire pour garantir l’innocuité de leurs produits. Il y a des pays dont la réglementation est 300 fois plus sévère que la nôtre, et eux, ils appliquent une vraie législation, c’est donc dire que le principe de précaution prévaut dans ces pays-là. Pourtant, même ces pays utilisent toute la technologie de pointe dont ils ont besoin, mais ils le font en prenant soin de ne pas mettre la santé publique en péril… Et les compagnies qui fabriquent ces équipements sont toujours en affaires; elles ne font pas faillite et fournissent un produit de meilleure qualité dont l’innocuité est démontrée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s