Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Ententes avec Hydro : Les Québécois n’arrivent plus à payer leur électricité

tva-nouvelles6 mai 2015 – Source : TVA Nouvelles

Les foyers québécois sont à bout de souffle, et n’ont jamais éprouvé autant de difficultés à payer leurs factures d’électricité.

Selon les derniers chiffres obtenus par notre Bureau d’enquête, le nombre de clients d’Hydro-Québec qui ont été forcés de conclure une entente de paiement avec la société d’État a été de 288 000 en 2014. Il s’agit d’une augmentation de 37% par rapport à 2013 et un record absolu de tous les temps.

Deuxième record: les montants en souffrance associés à ces ententes de paiement ont frisé les 700M$, soit 683M$ en augmentation de 43% par rapport au record de l’an dernier de 515M$.

Par client, cela représente des arrérages de 2368$, soit l’équivalent de la facture d’un bungalow chauffé à l’électricité. Les clients devront payer un intérêt de 14,4% à la société d’État.

Pour l’analyste en énergie de l’Union des consommateurs, cela n’a aucun sens. «En moyenne c’est 300 à 400$ dollars d’intérêts qu’ils versent en moyenne à Hydro-Québec alors qu’Hydro-Québec elle-même peut se financer à 2,5% sur les marchés financiers».
L’équivalent de la ville de Québec

Pour cet analyste, ces 288 000 clients représentent avec leur famille plus de 600 000 personnes. «C’est l’équivalent d’une ville de la taille de Québec qui est touchée directement ou indirectement par le problème du paiement de la facture d’Hydro-Québec».

Par ailleurs, les foyers à faibles revenus éprouvent encore plus de difficultés à rencontrer leurs fins de mois que la clientèle générale d’Hydro-Québec.

Le nombre d’ententes spécifiquement ciblées par Hydro-Québec pour les «ménages à faible revenu» est en hausse de pratiquement 50% (49%) avec 45% des montants dus par cette clientèle encore plus vulnérable.
Deux hivers froids

Selon les chiffres obtenus par notre Bureau d’enquête, en degrés-jours, les deux derniers hivers ont été de 8% plus froids que la moyenne. Avec des tarifs d’électricité qui ont augmenté de près de 10% ces trois dernières années (2,4%-4,3%-2,9%).

Les deux derniers hivers pèsent donc de plus en plus lourdement sur la clientèle québécoise qui se chauffe à l’électricité. Une situation unique en Amérique du Nord, puisque partout ailleurs c’est plutôt le gaz naturel, dont les prix sont stables, qui sert à chauffer les maisons.

Selon la société d’État, le coût de chauffage peut représenter «jusqu’à 75% de la facture d’électricité d’une maison individuelle».

Comme l’a démontré notre Bureau d’enquête au cours des derniers mois, l’électricité, indépendamment de la température, est de moins en moins concurrentielle comparativement au gaz naturel pour chauffer une maison, même si le coût du gaz naturel au Québec est un des plus élevés en Amérique du Nord.

Enfin, c’est aussi au Québec que l’électricité est la plus taxée en Amérique du Nord.

> Écouter le reportage de Michel Morin en ligne sur le site de TVA Nouvelles

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s