Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Un projet de recours collectif pour limiter la pollution des ondes

30 avril 2015 – Source : Journal de Montréal

SAINTE-ANNE-DES-LACS | Un citoyen des Laurentides électrosensible entend lancer un recours collectif pour contrer la pollution électromagnétique au Québec.

La porte-parole du regroupement Laurentides-Refuse, Lucie Mayer, soutient que contrairement au tabagisme où seuls les fumeurs sont affectés, les ondes produites par les tours cellulaires, les compteurs intelligents ou les routeurs, s’accumulent et traversent insidieusement les murs. Ces ondes affecteraient la santé de la population sans que celle-ci fasse de liens entre leurs troubles de santé et les ondes.

Des études démontrent que certaines personnes peuvent souffrir de migraines, d’insomnie, de stress ou de pertes de mémoire tandis que d’autres peuvent développer des problèmes de santé plus graves. « À toute fin pratique, 100 % des Québécois sont maintenant exposés à cette forme de pollution, qu’ils le veuillent ou non », explique l’expert en électromagnétisme Stéphane Bélainsky.

Réduire les risque

Me Charles O’Brien a été mandaté pour agir à titre de procureur dans le projet de recours collectif. L’avocat explique que la poursuite visera toute forme de pollution électromagnétique. Les demandeurs revendiquent le droit de ne pas être exposés de façon excessive aux systèmes de communication par micro-ondes (compteurs intelligents, routeurs, tours de communication ou autres sources de champs électromagnétiques).

Le recours entend pousser l’industrie de la télécommunication à rehausser les normes de sécurité pour mieux protéger la santé publique. «C’est hautement jouable, soutient Stéphane Bélainsky. Toronto et certains pays d’Europe ont légiféré pour réduire le taux d’exposition de la population sans limiter les services. »

Un tour qui dérange

Une pétition de plusieurs centaines de noms a circulé pour interdire la construction d’une tour de communication à Sainte-Anne-des-Lacs, dans les Laurentides. La structure de 85 mètres est sortie de terre le 14 avril. Elle est située à 30 mètres de l’hôtel de Ville et près du parc et de la bibliothèque publique.

Cette semaine, le comité des Canadiens pour une sécurité technologique (C4ST) assiste aux audiences du Comité fédéral de la Santé pour demander à Ottawa de réduire l’impact des micro-ondes sur la population canadienne. L’organisme a été fondé par Frank Clegg, ex-pdg de Microsoft Canada.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal de Montréal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s