Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Ses vaches ne supportent pas les lignes d’Hydro-Québec

27 avril 2015 – Source : Journal de Montréal

Gaétan Prud’homme a perdu des vaches qui ne supportent pas les champs magnétiques provoqués par les lignes électriques d’Hydro-Québec.

Un producteur laitier de Lanaudière affirme que les lignes hautes tensions qui passent près de sa terre nuisent à la productivité de ses vaches. Il s’inquiète de la nouvelle ligne haute tension annoncée la semaine dernière qui passera aussi près de sa ferme.

Le projet de construction d’une nouvelle ligne de haute tension de 735kV par Hydro-Québec entre le Lac-St-Jean et la région de Montréal inquiète grandement le producteur laitier Gaétan Prud’homme, qui ne voit pas comment il pourra assurer l’avenir de sa ferme et celui de sa fille Stéphanie qui en prend la relève.

Une ligne de 735kV est déjà située à 450 mètres à l’ouest de sa terre. Hydro-Québec a annoncé vendredi qu’elle allait en construire une autre qui sera située tout près.

Lait aux poubelles

Depuis l’hiver 2009, Gaétan Prud’homme sait que les lignes électriques qui longent sa terre nuisent à la productivité de ses vaches.

Son troupeau de 65 vaches laitières présente des maladies anormales aux articulations et à quelques reprises, son lait a été jugé impropre à la consommation et a dû être jeté. Il a procédé à des dizaines de tests pour trouver la source du problème.

« On a vérifié le système de traite au complet. On a changé le système électrique aussi. Mais à chaque hiver, les problèmes revenaient. Quand on a testé les tensions parasites avec le ministère de l’Agriculture, le diagnostic a été bien clair et pointait vers le champ magnétique d’Hydro-Québec», a-t-il dit. Des tests effectués par Hydro-Québec enregistraient également un champ magnétique important sur la terre de M. Prud’homme.

Un vétérinaire, un électricien et le ministère de l’Agriculture ont établi le lien entre les champs magnétiques d’Hydro-Québec et l’insalubrité du lait de M. Prud’homme. Il a dû jeter son lait à plusieurs reprises.

Pertes importantes

Depuis six ans, le producteur estime avoir perdu 200 000$ avec les pénalités sur la vente de son lait, et avoir investi 60 000$ en travaux pour tenter de diminuer les problèmes.

Il demande au gouvernement de se préoccuper de la santé de ses animaux et de ses proches.

« Je me bats pour mes jeunes, mes vaches, comme un bon père de famille. S’ils la veulent la 2e ligne, qu’ils l’enfouissent. C’est un peu plus cher, mais pour le bien-être de tout le monde, c’est à bien y penser », ajoute-t-il.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal de Montréal

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s