Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Les nouveaux compteurs d’Hydro-Québec inquiètent toujours en Abitibi-Témiscamingue

5 avril 2015 – Source : Ici Radio-Canada

L’arrivée des nouveaux compteurs d’Hydro Québec en Abitibi-Témiscamingue soulève toujours des inquiétudes, liées notamment à la santé. À Senneterre, une rencontre publique a été organisée le 17 mars dernier pour mieux informer les citoyens. Rouyn-Noranda tiendra aussi une telle séance et Ville-Marie souhaite qu’Hydro-Québec s’explique à sa population

Hydro-Québec a déjà installé 12 000 nouveaux compteurs à Rouyn-Noranda et Val-d’Or et sur les 80 000 foyers de la région, la Société d’État affirme que seul 1 % ont refusé cet appareil.

« Moi personnellement je suis inquiète. » — Marlyn Rannou, citoyenne de Ville-Marie

Marlyn Rannou a reçu une lettre l’informant qu’Hydro-Québec veut installer chez elle un compteur émetteur de radiofréquences. Cette citoyenne de Lorrainville craint pour sa santé et compte refuser cet appareil. « Les deux éléments forts, c’est l’augmentation des tarifs que ça cause [et] il y a la santé… on est bombardé des ondes! », s’exclame-t-elle.

L’entreprise lui propose en échange un appareil qui n’émet pas de radiofréquences, mais elle doit payer 15 $ pour l’installation et des frais de relève de 5 $ par mois. « Je trouve ça incroyable d’imposer ça aux Québécois […] inéquitable, voire même hypocrite! », rajoute-t-elle.

Le maire veut plus d’information

Le maire de Ville-Marie, Bernard Flebus, n’est pas rassuré non plus. Il veut qu’Hydro-Québec tienne une séance d’information publique. « Quand vous parlez d’un bloc appartement où il y a huit logements et que, quelque part, il y a ces fameux huit compteurs qui émettent des radiofréquences 24 h/24 h, c’est là que ce problème de concentration devient préoccupant », s’inquiète-t-il.

Le porte-parole d’Hydro-Québec, Serge Abergel, soutient que le nouvel appareil n’est aucunement dangereux. « Santé Canada précise que le niveau d’exposition aux radiofréquences d’un compteur de nouvelle génération est 55 000 fois en dessous des normes qui sont acceptables pour eux », assure-t-il.

Pour l’analyste indépendant en énergie, Jean-François Blain, il faut plus d’études pour vérifier si ces radiofréquences sont nocives. « C’est avec le temps qu’on va voir si ces craintes étaient fondées », considère l’expert.

La Ville de Rouyn-Noranda a invité Hydro-Québec à une séance d’information le 9 avril au Centre des congrès.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site d’Ici Radio-Canada

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s