Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Compteurs intelligents : de plus en plus de refus

27 mars 2015 – Source : Canoë.ca

MONTRÉAL – Les Québécois sont de plus en plus nombreux à demander à Hydro-Québec de ne pas changer leur compteur d’électricité pour un compteur communicant.

Selon des chiffres obtenus par TVA Nouvelles, 12 722 demandes avaient été adressées à la société d’État pour un compteur non communicant à la fin de septembre 2014.

Trois mois plus tard, soit à la fin décembre, ce nombre avait plus que doublé pour atteindre 31 710 demandes.

Selon le même rapport, le nombre de compteurs installés n’émettant pas de fréquences est passé de 10 163 à la fin de septembre à 16 803 à la fin de décembre.

Hydro-Québec ne s’étonne pas de ces chiffres. Elle affirme même que le déploiement des nouveaux compteurs se déroule plus rapidement que prévu et que le nombre de refus représente le taux de 1 % qu’elle avait estimé en début de projet.

La hausse s’explique par la diminution des frais liés à un refus d’un compteur de nouvelle génération. Les frais liés à un refus sont de 15 $, si les consommateurs avisent la société d’État dans un délai de 30 jours après avoir reçu l’avis d’installation. De plus, les frais de relève annuels ont été ramenés à 60 $ par la Régie de l’énergie.

Les consommateurs ont aussi été nombreux à affirmer que la consommation telle que mesurée par les compteurs intelligents était bien plus élevée que celle des compteurs à roulette.
Certains ont rapporté que leur facture d’électricité avait doublé depuis l’installation d’un tel compteur.

Hydro-Québec a toutefois maintes fois répété qu’il n’y avait aucun lien entre l’installation des nouveaux compteurs et des factures plus élevées d’électricité. «Tous les cas allégués de surfacturation se sont révélés non fondés», a affirmé vendredi Patrice Lavoie, porte-parole d’Hydro-Québec.

Marie-Michèle Poisson, porte-parole du mouvement Refusons les compteurs, soutient pour sa part que l’opposition aux compteurs émettant des radiofréquences s’est accentuée dans les régions.

«L’acceptabilité n’est pas au rendez-vous. Dans certaines régions, il y a un mouvement très fort de compteurs barricadés», a-t-elle expliqué.

Remplacement de Georges Abiad

Par ailleurs, l’ancien grand patron du projet d’implantation des compteurs intelligents, Georges Abiad, vient d’être remplacé par André Potvin, un gestionnaire d’expérience chez Hydro-Québec.

La démission de M. Abiad est survenue à peu près au même moment que celle du PDG Thierry Vandal et de Marie-Josée Nadeau, secrétaire du conseil d’administration de la société d’État.

Entre 2013 et 2015, Georges Abiad n’avait tenu qu’une seule assemblée publique d’information sur les compteurs intelligents.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site de Canoë.ca

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s