Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

C’est Liberté 55 pour le PDG d’Hydro avec 452 402 $ par an

26 mars 2015 – Source : Journal de Montréal

Le président-directeur général démissionnaire d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, gagnera presque autant à sa retraite, qui commence le 1er mai, que lorsqu’il travaillait en 2014 pour un salaire de 469 188 $.

Retraité à 54 ans, Thierry Vandal pourra bénéficier d’une rente annuelle indexée de 452 402 $, selon une évaluation de sa rente obtenue par notre Bureau d’enquête, basée sur les rapports annuels et les pratiques de la société d’État.

Il pourrait toucher sa rente dès 55 ans moyennant des pénalités actuarielles.

Ce montant sera indexé jusqu’à la fin de ses jours, c’est-à-dire augmenté en fonction du taux d’inflation.

Avec un taux moyen d’indexation anticipé de 2,1 % au cours des 25 prochaines années, sa rente annuelle pourrait atteindre, en 2040, 760 621 $ par année.

La société d’État a confirmé hier soir l’essentiel de notre évaluation, sans toutefois donner de chiffres précis, malgré nos demandes.

Du jamais-vu

«Je n’ai jamais vu un régime aussi généreux», nous a déclaré, sous le couvert de la confidentialité, un actuaire du secteur privé.

C’est sans compter son indemnité de départ de 565 503 $ qui lui sera versée après le 1er mai qui vient.

Cette indemnité est calculée en fonction de son salaire moyen des trois dernières années (460 417 $) auquel s’ajoute sa prime annuelle moyenne des trois dernières années (105 085 $).

Comment en est-il arrivé là ?

Ancien militant libéral nommé PDG d’Hydro-Québec en 2005 par les libéraux de Jean Charest, Thierry Vandal a profité des conditions offertes par Hydro-Québec au cours des dix dernières années à la direction de l’entreprise.

D’abord pour sa caisse de retraite, chaque année travaillée au cours des 10 dernières années en a compté pour deux.
Deuxièmement, le crédit par année de cotisation aux fins du calcul de la rente n’était pas de 2,25 % comme pour tous les employés de la société d’État – bien que ces conditions soient exceptionnelles à l’échelle canadienne –, mais de 3,5 % par année.
En d’autres mots, en seulement dix ans à la direction d’Hydro-Québec, avec une contribution de 7 % par année (2 fois 3,5 %), Thierry Vandal a accumulé l’équivalent de 70 % de son salaire sous forme d’une rente indexée à vie.

30 ans pour 70 %

Pour un simple employé d’Hydro-Québec avec un taux de 2,25 % par année, il faut travailler plus de 30 ans pour obtenir 70 % de son salaire sous forme d’une rente.

Au cours des neuf années précédant sa nomination comme PDG, Thierry Vandal avait déjà accumulé un crédit de cotisation de 2,25 %, l’équivalent de 20,25 % de son salaire sous forme d’une rente indexée à vie.

Il vous faudrait 10,4 M$ dans votre compte de banque

Quel montant faudrait-il qu’un travailleur sans fonds de pension réussisse à mettre de côté à la banque pour bénéficier d’une telle rente indexée à 2,1 %, pendant 26 ans, jusqu’en 2040? Nous avons posé la question à une grande entreprise d’actuaires. Réponse: 10,4 M$.

Nous avons ensuite posé la même question à plusieurs compagnies d’assurances faisant affaire à Montréal, comme la Sun Life, Desjardins Sécurité financière, Great West Vie et RBC Assurance Vie.

Deux d’entre elles, BMO Assurance et la Standard Life maintenant contrôlée par Manuvie, ont été moins gourmandes que les autres en termes de capital requis pour offrir une rente équivalente à celle évaluée de Thierry Vandal.

Pour une rente garantie avec indexation, l’achat d’une rente était de 13,2 M$ chez BMO et de 13,6 MS chez Standard Life.

Enfin des réponses

Il a fallu 24 heures à Hydro-Québec pour répondre aux questions de notre Bureau d’enquête sur la rente de M. Vandal.

Ces réponses sont arrivées par courriel hier soir.

«La rémunération et les avantages de M. Vandal sont rendus publics annuellement, explique le porte-parole, Patrice-Lavoie.

«Son indemnité de départ est équivalente à un an de salaire auquel s’ajoute la rémunération incitative au prorata des mois travaillés en 2015, conformément au décret gouvernemental 353-2012 rendu public le 4 avril 2012.

«Par ailleurs, M. Vandal n’ayant pas atteint l’âge de 55 ans, il n’a pas de rente au moment de son départ, mais il est éligible à une rente différée limitée à 80 % du montant, équivalent à la moyenne du salaire de base et de la rémunération incitative des trois meilleures années.

«Finalement et pour plus de clarté, il n’y a pas d’exception à la règle du 85 dans son cas.»

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l’adresse suivante: jdm-opinions@quebecormedia.com

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal de Montréal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s