Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Les compteurs de troisième génération seront installés d’ici 2016

12 mars 2015 – Source : L’Éclaireur Progrès

Hydro-Québec installera ses compteurs intelligents de troisième génération dans l’ensemble de la province d’ici la fin 2016.

En Beauce, 2000 compteurs de ce type étaient en fonction au début mars sur un total de 60 000. Les compteurs de première génération sont électromécaniques (à roulette). Ceux de deuxième génération sont numériques et utilisent des radiofréquences.

La lecture des données est faite à côté du compteur (première) ou à partir de la rue (deuxième). Pour la troisième génération, la consommation d’énergie est enregistrée et transmis jusqu’à un routeur. Ces données sont acheminées vers le système de gestion de mesurage faisant le lien avec le système de facturation d’Hydro-Québec.

«Nos compteurs sont installés par des gens qualifiés ayant reçu une formation donnée par Hydro-Québec. Avant, il fallait nous appeler pour signaler une panne. Là, ça se fait automatiquement et on rétablit le service plus rapidement», mentionne Nathalie Vachon, attachée de presse pour Hydro-Québec.

Sauter d’une génération

Dans l’Éclaireur-Progrès du 23 janvier 2013, le journal parlait d’un résident de Saint-Martin ne voulant pas d’un nouveau compteur. Il s’est avéré qu’il possédait un compteur électromécanique et qu’Hydro-Québec souhaitait brancher un compteur de deuxième génération. D’autres citoyens ont été touchés par cette situation.

Pourquoi ne pas avoir attendu pour installer les compteurs de troisième génération plutôt que de brancher ces compteurs de deuxième génération ?

«Il fallait attendre l’autorisation de la Régie de l’énergie pour aller de l’avant. Au début 2013, nous pouvions seulement faire l’implantation à Montréal. Les compteurs électromécaniques étaient rendus au bout de leur vie utile», stipule Mme Vachon.

Réponse aux critiques

Sur les dangers d’incendie rapportés dans les médias nationaux, Hydro-Québec soutient que la technologie utilisée est différente de celle présente en Ontario et en Saskatchewan où des compteurs ont pris feu.

Nathalie Vachon rappelle que la Société d’État est ouverte aux discussions avec les élus qui pourraient souligner des problèmes avec les compteurs intelligents sur leur territoire.

«Le fait de barricader son compteur est un enjeu de sécurité très grave pouvant mener à une électrocution. Aucune étude ne confirme le lien entre des problèmes de santé et les radiofréquences. Quant aux certifications CSA ou ULC, elles sont réservées aux objets achetés par des particuliers», de dire Nathalie Vachon.

Précisons que la Régie de l’énergie autorise une option de retrait. Un client peut demander l’installation d’un compteur non communicant n’émettant aucune radiofréquence. Des frais mensuels de 5 $ s’ajoutent à la facture.

Les informations d’Hydro-Québec sur les compteurs intelligents peuvent être consultées au http://compteurs.hydroquebec.com.

Niveaux d’émission de radiofréquences (microwatts par mètre carré)

2147 : Four à micro-ondes

951 : Ordinateur branché à un réseau sans fil

699 : Téléphone cellulaire

352 : Téléphone sans fil

153 : Moniteur pour bébé (modèle 1)

72 : Console de jeux vidéos

55 : Compteur de nouvelle génération

3,93 : Moniteur pour bébé (modèle 2)

1,62 : Moniteur pour bébé (modèle 3)

* Source : Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ)

> Lire la nouvelle en ligne sur le site de L’Éclaireur Progrès

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s