Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Un compteur intelligent en cause dans un incendie?

5 mars 2015 – Source : Ici Radio-Canada

Le propriétaire d’une maison qui a été la proie des flammes à Québec est convaincu que le compteur intelligent installé par Hydro-Québec pourrait être la cause de l’incendie survenu en novembre dernier dans le secteur Chauveau.

Claude Martel affirme que le compteur de dernière génération avait été installé une semaine avant le sinistre. Dès le lendemain de l’incendie, les équipes d’Hydro-Québec étaient déjà sur place pour récupérer ce qui restait de l’appareil.

Selon lui, tout pointe vers le compteur intelligent pour expliquer le sinistre. Le feu venait de l’extérieur et d’après ce que lui a dit un représentant du Service de protection contre l’incendie de Québec (SPIQ), sa maison n’est pas en cause.

« Mon feeling est à 100 % que c’est eux autres [Hydro-Québec]. Je ne peux pas dire si c’est le « meter » intelligent ou celui qui l’a posé, mais tu ne peux pas mettre le feu dans une maison vite de même », a-t-il affirmé.

Le Service de protection contre l’incendie de Québec n’a pas apprécié voir disparaître le fameux compteur aussi rapidement après l’incendie sur la rue Villon.

Afin de récupérer l’appareil aux fins de l’enquête, le SPIQ a adressé une demande formelle à Hydro-Québec dont le FM93 a obtenu copie.

Cet imbroglio a fait en sorte qu’une directive a été expédiée à tous les employés du SPIQ, leur rappelant de ne laisser personne quitter les lieux d’un incendie avec un élément de l’enquête.

Procédure à réviser

C’est d’ailleurs le FM93 qui a rapporté que des employés d’Hydro-Québec ont récupéré le compteur en question sans en aviser les pompiers. Or, le SPIQ doit avoir en sa possession le compteur afin de compléter son enquête sur les causes de l’incendie.

France Voiselle, la porte-parole du SPIQ, rappelle que tout incendie est considéré comme une scène de crime tant que l’enquête n’a pas été conclue. Ainsi, ajoute-t-elle, aucun élément de cette scène ne doit être retiré.

« Les enquêteurs ne sont pas capables de terminer leur enquête parce qu’il leur manque un élément de preuve qui est le compteur », confirme France Voiselle.

Le SPIQ soutient que des représentants d’Hydro-Québec ont retiré les compteurs intelligents sur des lieux d’incendie à plusieurs reprises à Québec sans l’approbation de l’enquêteur au dossier. Cette façon de procéder est à revoir, martèle le SPIQ, car seul l’enquêteur peut exclure formellement le compteur des causes potentielles d’un sinistre.

Le SPIQ affirme toutefois que le seul cas à éclaircir jusqu’à maintenant est l’incendie de la maison de Claude Martel.

Dans les autres cas, les enquêteurs ont pu exclure le compteur avec des preuves circonstancielles. Bref, le foyer de l’incendie a pu être clairement identifié dans un secteur éloigné du compteur dans la maison.

Hydro-Québec se fait rassurante

Le porte-parole d’Hydro-Québec, Patrice Lavoie, assure que la société d’État procédera à des vérifications pour déterminer si le compteur aurait dû rester sur les lieux du sinistre plus longtemps après l’incendie.

Il affirme toutefois que puisque l’incendie de la maison de Claude Martel a eu lieu il y a plusieurs mois, le compteur pourrait bien ne jamais être retrouvé. Il mentionne que la société d’État fera des vérifications pour tenter de le localiser.

« Le compteur, lorsqu’on le reçoit, c’est sûr qu’on ne le garde pas ad vitam aeternam. Évidemment, il n’est plus fonctionnel pour être remis ailleurs chez un autre client, donc il est tout simplement recyclé », explique-t-il.

Patrice Lavoie affirme que, selon lui, le compteur n’est pas en cause. En cas de doute, il invite le chef du service des incendies de Québec à communiquer avec Hydro-Québec. « On va collaborer et discuter avec lui pour lui expliquer précisément le fonctionnement de nos appareils », indique le porte-parole.

Des compteurs retirés

Ailleurs au Canada, l’Office ontarien de la sécurité des installations électriques a ordonné en janvier dernier la désinstallation de 5400 compteurs intelligents parce qu’ils présentaient un risque d’incendie.

En Saskatchewan, le gouvernement a obligé SaskPower, en juillet 2014, à retirer 105 000 compteurs intelligents installés dans des résidences et des entreprises en raison des inquiétudes soulevées par huit incendies inexpliqués liés aux appareils.

Selon Hydro-Québec, la technologie utilisée au Québec n’est toutefois pas la même que celle des compteurs installés en Ontario et en Saskatchewan.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site d’Ici Radio-Canada

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s