Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Ville d’Alma dit non aux compteurs intelligents

4 mars 2015 – Source : Journal Le Lac St-Jean

Rentabilité du service d’électricité

ÉLECTRICITÉ. Redistributeur d’électricité auprès de quelque 5400 clients commerciaux et résidentiels sur le territoire, Ville d’Alma n’a nullement l’intention, à brève échéance, de remplacer ses actuels compteurs électriques par des modèles dit « intelligents », comme s’apprête à le faire Hydro-Québec, sur le territoire d’Alma, où elle détient l’autre partie de la clientèle, soit environ 9600 clients.

« Nous, il est certains qu’au cours des prochaines années, on n’ira pas vers les compteurs intelligents, c’est hors de portée de prix. Ça demande vraiment un gros déploiement, surtout au niveau du système de communication. Hydro Québec va en avoir une partie reliée par la fibre optique et l’autre sans fil. Nous, on n’aurait pas la rentabilité d’aller vers un système comme ça », tranche Karine Morel, directrice du service des Travaux publics de Ville d’Alma de qui relève le département électrique.

Équipements fiables

Présentement, Ville d’Alma possède un parc de quelque 5400 compteurs installés chez les clients et une banque de quelque 300 autres compteurs pour assurer le roulement.

Un peu moins de la moitié de ces compteurs sont électromécaniques et au fur et à mesure qu’ils ont atteint leur fin de vie, on les remplace par des compteurs électroniques. D’ailleurs, à la fin de 2014, le département a fait l’acquisition de quelque 300 nouveaux compteurs électroniques.

Un compteur électromécanique neuf peut fonctionner quelque 8 ans sans problème, après quoi, on le retire et on l’envoie à Hydro-Jonquière pour le réétalonner avant qu’il n’amorce un autre cycle de quelque 8 à 10 ans.

« Les autres membres de l’Association des redistributeurs d’électricité vont davantage vers des compteurs de type radiofréquence. Nous, on va peut-être y aller de ce côté-là dans les prochaines années. C’est un compteur unidirectionnel. L’avantage de ces compteurs-là, c’est qu’il y a des endroits où ce n’est pas évident d’aller lire le relevé, ce que ce compteur permet à distance », explique Karine Morel.

« Nous, il est certains qu’au cours des prochaines années, on n’ira pas vers les compteurs intelligents, c’est hors de portée de prix. » — Karine Morel

Un réseau concentré, facile à relever

L’avantage du réseau électrique almatois est qu’il est concentré, facilitant d’autant le relevé des compteurs.

Ce réseau est concentré dans le parc industriel Nord, la Dam-en-Terre, tout le centre-ville d’Alma et St-Judes ainsi que le secteur de l’hôpital. Au Sud de la rue Notre-Dame, on tombe sur le réseau d’Hydro-Québec et sur l’avenue du Pont Nord, c’est Hydro-Québec de même qu’à l’Est de cette artère.

« Quant au relevé des compteurs, chez-nous, c’est un employé, deux semaines par mois. Ça représente donc une dépense annuelle d’environ 30 000 $ en frais de coûts de releveur. De plus, quand notre employé y va, il fait une inspection visuelle de l’entrée électrique, du compteur et du réseau et communique rapidement les anomalies repérées, ce qui permet immédiatement la correction et éviter des bris qui pourraient être beaucoup plus onéreux », souligne Karine Morel.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal Le Lac St-Jean

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s