Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

En hausse de 15% – Hydro-Québec rapporte 2,5 milliards mais tient aux hausses de tarifs

27 février 2015 – Source : Journal Le Devoir

Hydro-Québec versera au gouvernement un dividende record de 2,5 milliards cette année, conséquence des exportations, mais le président de la société d’État a défendu le besoin d’augmenter les tarifs en raison des achats obligatoires d’énergie éolienne qu’elle doit effectuer auprès des producteurs privés. En ajoutant, face aux questions des journalistes, qu’il en serait autrement si cette obligation ne lui avait pas été imposée.

La société d’État, dont le bénéfice net de 3,4 milliards survient à deux mois du départ de son président Thierry Vandal, a affirmé que le début de 2014 a été marqué par du temps froid ici et au sud de la frontière, où le prix sur les marchés était en hausse de 36 % par rapport à 2013.

Les dividendes d’Hydro-Québec sont toujours bien reçus au sein du gouvernement, où le ministère des Finances tente de retrouver l’équilibre budgétaire grâce à une panoplie de mesures qui ne recueillent pas toujours l’assentiment consensuel de la population.

Invité à commenter la rentabilité d’Hydro-Québec (y compris sa division Distribution) alors que la société veut augmenter ses tarifs de 3,9 % au 1er avril, M. Vandal a invoqué l’obligation d’acheter l’énergie éolienne produite par les producteurs privés.

« La raison pour laquelle les tarifs peuvent augmenter n’a rien à voir avec les résultats d’Hydro-Québec », a affirmé M. Vandal. « Hydro ne fait pas d’argent lorsqu’elle achète de l’énergie éolienne. Ce qui a pu contribuer à l’augmentation de rentabilité, c’est notamment les marchés d’exportation et les gains d’efficience à travers l’entreprise. »

« Il y a des ajustements tarifaires et on verra ce que la Régie décidera. L’évolution tarifaire a été jusqu’ici raisonnable », a ajouté M. Vandal, qui doit tirer sa révérence le 1er mai après dix ans aux commandes d’Hydro-Québec.

Achats limités

M. Vandal a convenu qu’en l’absence d’une politique gouvernementale favorisant le développement d’une filière éolienne par le secteur privé, les achats d’Hydro-Québec « ne seraient pas du même niveau » et la société « ne planifierait pas des achats au-delà de ses besoins prévisibles ».

Le rôle d’autoriser ou non Hydro-Québec à augmenter ses tarifs revient à la Régie de l’énergie. La société d’État a transmis sa demande tarifaire au mois d’août. La fois précédente, elle avait fait la demande d’une hausse de 5,8 % pour le 1er avril 2014, mais la Régie l’avait ramenée à 4,3 %.

Lorsqu’elle a déposé sa demande à la Régie en août 2014, Hydro-Québec avait clairement identifié les sources de sa demande de 3,9 %. De ce total, 2,1 % étaient attribuables aux achats d’éolien, 1,9 % pour le transport et la distribution d’électricité, et 0,4 % pour l’augmentation du coût de l’électricité patrimoniale. Hydro misait alors sur un gain d’efficience de -0,5 %.

Le gouvernement Couillard a fait valoir en septembre 2014 que la Régie de l’énergie devrait tenir compte de la « capacité de payer des ménages à faible revenu ». Le chef de la CAQ, François Legault, a affirmé jeudi que Québec devrait s’assurer qu’aucun tarif n’augmente plus vite que l’inflation.

Un analyste spécialisé en énergie à l’Union des consommateurs a mis en relation les profits de 814 millions des exportations et le profit global de 3,4 milliards. « C’est plus de 75 % des bénéfices d’Hydro-Québec qui sont faits sur des ventes à la clientèle québécoise », a affirmé Marc-André Moisan. « Quand les gouvernements disent qu’il faut se réjouir de voir Hydro engranger des bénéfices, il est bien de se souvenir que c’est nous qui en sommes responsables. »

Le bénéfice net de 3,4 milliards représente une hausse de 15 % par rapport à 2013, alors que le bénéfice lié aux exportations a grimpé de 30 %. La société d’État a vendu son électricité hors Québec à un prix moyen de 6 ¢/kWh, comparativement à 4,4 ¢ en 2013.

Fin de parcours

Thierry Vandal s’est gardé de brosser un bilan de sa présidence en insistant sur le fait qu’il ne partira que le 1er mai. Son règne a été marqué notamment par une augmentation considérable des bénéfices, une tentative infructueuse d’acquérir New-Brunswick Power, la décision gouvernementale de fermer la centrale nucléaire Gentilly-2 et l’installation des compteurs intelligents.

Au cours de l’année 2014, Hydro-Québec a mis en service la centrale Romaine-2, qui se classe au 19e rang de ses installations en matière de puissance installée (640 MW). En guise de comparaison, le barrage Manic-5 produit trois fois plus de courant (1596 MW).

Hydro-Québec affirme avoir tout mis en oeuvre pour que des gains d’efficience annulent des éléments comme l’inflation et l’indexation des salaires du personnel. Alors que le parc d’actifs a augmenté de 11 milliards depuis 2010, « les charges d’exploitation sont demeurées stables ».

Le rendement des capitaux propres a atteint 16,2 %, contre 14,6 % en 2013.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal Le Devoir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s