Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Nouveau patron pour Hydro-Québec : Comment on s’y prend pour trouver un p.d.g.

16 février 2015 – Source : L’Actualité gouvernementale

Après dix ans à la barre d’Hydro-Québec, le président-directeur général, Thierry Vandal, cèdera sa place en mai prochain. D’ici là, un large processus, enchâssé dans la loi, sera mis en branle afin de pourvoir à la plus haute marche de la plus imposante société d’État québécoise.

Recommandations

Le processus de remplacement du p.d.g., qui culminera par sa nomination par le Conseil des ministres, sera dirigé par le conseil d’administration de la société d’État. Dans ce mécanisme de sélection, le comité des ressources humaines d’Hydro-Québec aura un rôle important à jouer.

Ce comité devra notamment élaborer et proposer le profil de compétence et d’expérience qui sera la base sur laquelle un candidat sera, ou non, recommandé au Conseil exécutif. Pour l’instant, il n’est pas possible de savoir quand sera fixé ce profil de compétence et d’expérience et, surtout, quels critères s’y retrouveront.

Sur la base de ce profil, le comité des RH formulera des propositions de candidatures au C.A.. Après analyse, le conseil d’administration fera parvenir par la suite sa recommandation au gouvernement qui, si elle est acceptée, procédera à sa nomination.

Nomination

La décision de nommer appartiendra donc, ultimement, au Conseil des ministres, mais celui-ci devra se baser sur les recommandations du conseil d’administration. Cette nomination devra aussi suivre d’autres barèmes. Notamment, relativement à la durée du mandat. La loi stipule que le mandat du président-directeur général ne peut pas excéder cinq ans.

Pour le salaire du nouveau patron d’Hydro-Québec, c’est le conseil d’administration qui pourra fixer sa rémunération et ses autres conditions de travail, mais à l’intérieur des paramètres que le gouvernement aura préalablement déterminés.

Surveillance

Le processus de sélection du PDG est donc guidé par de nombreux articles de loi. Afin de s’assurer que le processus se fait dans les règles de l’art, le Secrétariat aux emplois supérieurs (SES) vérifiera chaque étape de la nomination.

«Le Secrétariat aux emplois supérieur s’assurera que les exigences de la loi auront été respectées et procèdera aux vérifications concernant les conflits d’intérêts et l’habilitation sécuritaire du candidat avant qu’une recommandation ne soit transmise pour décision du Conseil des ministres», explique Caroline Fraser, responsable des relations avec les médias au Secrétariat à la communication gouvernementale, lorsque rejointe par L’Actualité gouvernementale©.

Autres dispositions

Par ailleurs, une disposition de la Loi sur Hydro-Québec prévoit que si le conseil d’administration ne recommande pas la nomination d’un candidat au poste de président-directeur général dans un délai «raisonnable», le gouvernement pourra unilatéralement nommer celui-ci, après en avoir avisé les membres du conseil.

Une disposition semblable existe également en cas d’absence ou d’empêchement du grand patron. Dans ce cas précis, c’est le conseil d’administration qui peut désigner un membre du personnel de la Société pour en exercer les plus hautes fonctions.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site de L’Actualité gouvernementale

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s