Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Un administrateur d’Hydro a aussi quitté en douce

9 février 2015 – Source : Journal de Montréal

Après les démissions surprises des numéro 1 et 2 d’Hydro-Québec, c’est au tour du vétéran Michel Plessis-Bélair de quitter subitement le conseil d’administration de la société d’État.

À lire aussi: Deux importantes démissions surprises à Hydro-Québec

Son absence apparaît d’autant plus mystérieuse que la responsable des Affaires publiques d’Hydro, Isabelle Thellen, refuse depuis mercredi dernier de confirmer la date exacte du départ de M. Plessis-Bélair, malgré plusieurs courriels adressés par notre Bureau d’enquête.

Il a fallu l’intervention du nouveau président du CA d’Hydro, Michael Penner, pour que Mme Thellen confirme que Michel Plessis-Bélair avait quitté le conseil, le 11 novembre dernier.

Son départ n’a fait l’objet d’aucun communiqué interne.

Sur le site de la Corporation Power, où il joue un rôle majeur depuis longtemps comme vice-président aux côtés de la famille Desmarais, M. Plessis-Bélair se présente toujours comme administrateur à Hydro-Québec.

Le plus ancien

C’est immédiatement après l’élection du gouvernement Charest, en 2004, que Michel Plessis-Bélair a été nommé au conseil d’administration d’Hydro.

Cela faisait de lui, avant son départ, le plus ancien des membres du conseil d’administration d’Hydro avec le comptable Jacques Leblanc.

Coincidence ou pas, le lendemain de la démission de M. Plessis-Bélais, Pierre Karl Peladeau (qui a été brièvement président du c.a. d’Hydro avant de se lancer en politique) écrivait ceci à son sujet sur sa page Facebook: sa «principale occupation est d’être un très haut dirigeant de Power Corporation….Il y a là un véritable et problématique conflit d’intérêts.»

Manque d’administrateurs

Le 30 janvier dernier, le président d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, a annoncé qu’il quittait ses fonctions le 1er mai, deux ans avant la fin de son mandat.

Marie-Josée Nadeau, considérée comme le numéro deux à Hydro-Québec après Thierry Vandal, a aussi annoncé sa démission la semaine dernière.

Le gouvernement Couillard a nommé jusqu’ici le président et quatre administrateurs au CA d’Hydro: Laurent Ferreira, Yvon Marcoux, Éric Forest et Gilbert Charland.

Quatre autres sièges demeurent libres. C’est exceptionnel, car depuis 2005, il y a toujours eu au moins 15 des 17 sièges occupés par des administrateurs nommés par le gouvernement.

Pour Michel Nadeau, de l’Institut de la gouvernance, «il est impérieux que le gouvernement procède le plus rapidement possible à la nomination de tous les administrateurs».

Il ajoute aussi qu’il «ne faudrait pas hésiter à aller chercher au Québec ou à l’étranger le meilleur candidat possible pour remplacer Thierry Vandal».

Selon nos informations, il y aurait actuellement beaucoup de nervosité dans la tour du siège social du boulevard René Lévesque.

L’ex-patron de la Sûreté du Québec, Mario Laprise.

Depuis septembre, Mario Laprise, l’ex-patron de la Sûreté du Québec, occupe un poste à la vérification interne de l’entreprise. De plus, le Vérificateur général du Québec a fait son entrée chez Hydro et est actif, selon nos sources.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal de Montréal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s