Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Les compteurs intelligents arrivent dans La Mitis

4 février 2015 – Source : L’Information Mont-Joli

MONT-JOLI – L’installation des compteurs de nouvelle génération d’Hydro-Québec débutera dans les prochaines semaines à Mont-Joli et dans La Mitis. Comme à plusieurs endroits, cette démarche suscite du questionnement chez les citoyens alimentés depuis plusieurs mois par la controverse autour de ces appareils dits intelligents.

« Nous avons reçu beaucoup d’appels de nos citoyens qui se questionnent » confirme Francine Roy, directrice générale de la municipalité de Sainte-Flavie. Les élus pourraient d’ailleurs être tentés d’imiter leurs vis-à-vis de Rimouski, qui ont demandé un délai à la société d’État pour organiser une séance d’information.

À Mont-Joli, où peu d’appels ont été logés par les citoyens, on ne voit pas pour le moment la pertinence d’intervenir. « Le mieux qu’on pourrait faire c’est de retarder l’échéance, et de peu. L’expérience d’autres municipalités nous sert: on ne peut adopter de moratoire, le pouvoir réglementaire d’Hydro-Québec a préséance sur le nôtre » souligne Joël Harrisson, directeur général de la Ville de Mont-Joli. « Ceci dit, si on constatait des problématiques particulières, on interviendrait » ajoute-t-il.

Compteur intelligent ou compteur non communicant

La démarche d’Hydro-Québec vise à remplacer la totalité de ses compteurs électromécaniques, dont la technologie est désuète, par des compteurs intelligents. Hydro-Québec fait valoir que ces nouveaux appareils permettront notamment de détecter plus rapidement les pannes dans le réseau électrique. La relève de données se fait à distance et la facturation sur la base de la consommation réelle et non plus estimée.

Liz Fortin de Sainte-Flavie fait partie des citoyens qui se questionnent. Davantage encline à adopter le compteur de nouvelle génération, elle n’a cependant pas encore pris sa décision. « Je continue de faire des recherches » souligne madame Fortin.

Danielle Jean de Sainte-Flavie fait aussi partie des sceptiques mais « je vais me résigner à dire oui ». Elle craint qu’un jour ou l’autre Hydro-Québec impose les compteurs intelligents, « et on aura payé 60 $ par année (5 $ par mois) pour s’y soustraire pendant combien de temps, en plus des frais d’installation ».

« Pourquoi est-ce si urgent tout d’un coup ? » se demande aussi madame Jean. Selon elle, c’est une autre façon pour la société d’État d’amener les gens à économiser davantage l’électricité en période de pointe, car la tarification sera établie à partir des relèves de données en temps réel.

Le coût d’une autre option

Dans l’éventualité où les consommateurs refusent le compteur intelligent, Hydro-Québec installera à la place un compteur non communicant. Ce qui suppose comme avec l’ancienne méthode une relève de données manuelle. Dans ce cas, des frais additionnels de 15 $ pour l’installation et de 5 $ à chaque mois sont facturés au client. Au-delà du délai de 30 jours (à partir de la date indiquée sur la lettre d’Hydro-Québec), les frais d’installation s’élèvent à 85 $.

Denise Drouin de Mont-Joli n’est pas réfractaire à la nouvelle technologie mais à son imposition, si. « Ce sur quoi j’en ai surtout c’est qu’on nous donne 30 jours pour prendre une décision. Ma lettre est datée du 16 janvier mais je l’ai reçue le 26. J’ai demandé que mon dossier soit annoté pour tenir compte du délai supplémentaire auquel j’ai droit » souligne madame Drouin, la même dame qui s’est battue contre la Société d’assurance automobile du Québec, il y a quelques années, pour faire reconnaître ses droits.

Une question de santé et de facturation

Le débat sur les compteurs intelligents tournent principalement autour de deux enjeux : les ondes électromagnétiques et la facturation.

Leurs opposants soutiennent que ces compteurs dégagent des ondes électromagnétiques néfastes pour la santé. Leurs arguments sont tout autant appuyés que réfutés par des études dites scientifiques, ce qui n’est pas sans compliquer la réflexion des consommateurs.

Selon Hydro-Québec, le niveau d’exposition aux radiofréquences d’un compteur intelligent est de loin très inférieur à celui d’un four à micro-ondes, d’un ordinateur ou d’un téléphone cellulaire.

Autre source d’opposition : la facturation. Au cours des derniers mois, les médias ont rapporté des cas de citoyens disant avoir subi des hausses de leur facture d’électricité après le changement de compteur.

« Un nouveau compteur, que celui-ci soit électromécanique, à radiofréquences ou de nouvelle génération, n’a aucun lien avec les variations sur la facture d’un client » plaide Hydro-Québec sur son site Internet. « Ce sont les variations de température ou les changements aux habitudes de consommation qui peuvent influencer la facture d’électricité ».

> Lire la nouvelle en ligne sur le site de L’Information Mont-Joli

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s