Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Politique énergétique : le grand gaspillage

22 janvier 2015 – Source : Magazine L’actualité

Pour la deuxième fois en deux ans, Québec va consulter la population et des experts avant d’établir sa politique énergétique, prévue cette fois pour l’automne 2015. Quel gaspillage de temps, d’argent et d’énergie ! dit Valérie Borde.

Pour la deuxième fois en deux ans, le gouvernement du Québec va consulter la population et des experts avant d’établir sa politique énergétique, prévue cette fois pour l’automne 2015.

Quel gaspillage de temps, d’argent et d’énergie !

Je ne vois pas ce que cet exercice va apporter de nouveau au ministre Pierre Arcand par rapport aux travaux de la Commission sur les enjeux énergétiques 2013 (pdf), sinon lui permettre de noyer le poisson quelques mois. Québec n’est-il pas censé économiser les fonds publics ?

Dans les prochaines semaines, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles organisera trois tables rondes d’experts, sur trois volets de la politique énergétique. La première table ronde, qui portera sur l’efficacité et l’innovation énergétiques, se tiendra le 13 février.

En parallèle, le ministère a lancé cette semaine une consultation en ligne, par l’entremise d’un blogue, pour permettre à chacun de s’exprimer dans des commentaires.

Nul besoin d’une boule de cristal pour savoir ce qui va en ressortir.

Pour la partie consultation, les personnes et lobbies qui avaient participé au même exercice organisé il y a un an par le gouvernement péquiste vont, s’ils en ont le courage, faire un copier-coller des mémoires qu’ils avaient déposé à cette occasion. Les mémoires des personnes sont en ligne ici, ceux des organismes sont .

L’exercice prend du temps, coûte de l’argent et gaspille de l’énergie. On pourrait donc s’en passer.

Pour la partie des tables rondes, Québec ne nomme pas, pour l’instant, les experts québécois et étrangers qui y assisteront.

Au Québec, il n’y a pas des centaines d’experts en politique énergétique qui soient indépendants des lobbies. À vue de nez, je dirais une dizaine, tout au plus. Tous ont déjà été entendus.

Les experts de l’étranger ne pourront s’en tenir qu’à de grands principes, puisque les politiques énergétiques sont rarement transférables, dans les détails de leur application, d’un endroit à un autre. La géographie du territoire, les ressources naturelles présentes, la densité de population, la structure industrielle… Tout cela fait qu’une solution souhaitable à un endroit peut être parfaitement contre-productive ailleurs.

Le Québec est une société particulièrement distincte du fait, entre autres, de sa faible densité de population — qui rend toute comparaison avec l’Europe passablement boiteuse —, de son climat (pas vraiment californien) et de l’importance déjà énorme des énergies renouvelables dans son bilan énergétique. Il se compare même assez difficilement aux autres provinces canadiennes.

Et que connaissent les experts étrangers de la cohérence des mesures que le Québec a mises en œuvre, ces dernières années, en ce qui a trait à l’efficacité énergétique (par exemple) ?

Faire venir des experts étrangers prend du temps, coûte de l’argent et gaspille de l’énergie.

Il serait beaucoup plus efficace et tout aussi pertinent d’analyser les rapports qu’ils ont déjà écrits. Une bonne partie des documents utiles à l’échelle internationale a déjà été répertoriée en 2013. Ils sont ici.

En un an, personne n’a réinventé la roue, et il serait mal avisé de prendre des décisions sur la base des seuls événements qui se sont produits depuis — comme la baisse des prix du pétrole, qui vont inévitablement finir par remonter.

Si le gouvernement Couillard n’aime pas les conclusions de la commission mise sur pied par les péquistes, qu’il demande à ses fonctionnaires de réanalyser les documents et avis qu’elle avaient récoltés.

À ce stade, ils ont suffisamment d’informations en main pour étayer des décisions qui relèvent de toute façon du politique.

Une recette bien connue

Pour ce qui est du premier enjeu — celui de l’efficacité énergétique —, l’enjeu est, en outre, assez simple.

Le Québec est le champion du monde du gaspillage d’électricité, comme je l’avais déjà expliqué dans ce billet. Si les industriels ont déjà fait beaucoup d’efforts, les particuliers, eux, ne sont pas pressés de changer leurs habitudes.

Pour faire baisser la consommation résidentielle, beaucoup plus importante que partout ailleurs dans le monde,  la seule mesure vraiment efficace serait d’augmenter les tarifs d’électricité. On comprend mieux pourquoi le ministre Arcand n’est pas pressé de prendre cette mesure impopulaire…

Sans augmentation de tarifs pour compenser une éventuelle baisse de la demande, Hydro-Québec n’a aucun intérêt à nous persuader d’économiser vraiment l’énergie. Alors qu’il faudrait, au contraire, des campagnes publicitaires très agressives pour tenter de faire changer des habitudes de surconsommation ancrées dans les mœurs depuis longtemps — comme le fait de surchauffer les logements l’hiver ou de laisser d’innombrables lumières allumées sans que ce soit nécessaire.

Mais la priorité des priorités, en matière d’économie d’énergie, devrait être de faire diminuer la quantité d’essence consommée par nos déplacements. Là aussi, la méthode de loin la plus efficace est bien connue : il suffit d’augmenter nettement les taxes sur l’essence, de faire payer les véhicules en fonction de leur consommation (en taxant les plus énergivores et en subventionnant ceux qui consomment le moins) et d’implanter de manière agressive un transport en commun peu coûteux et pratique pour les usagers.

De toute évidence, les politiques mises en place au cours des dernières années ont été bien trop timides et n’ont donné que très peu de résultats. Doublons les taxes, les subventions et les investissements, et on réalisera peut-être des gains significatifs.

Monsieur Arcand, il est encore temps d’annuler tout cet exercice. De grâce, mettez vos énergies et notre argent ailleurs que dans cette consultation bidon.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Magazine L’actualité

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s