Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Les élus commencent à en avoir assez

20 janvier 2015 – Source : Journal Le Reflet du Lac

Débat sur les compteurs intelligents

DISCUSSION. Sans surprise, la première séance du conseil municipal de 2015 a été monopolisée par le sujet de l’heure à Magog, soit celui des compteurs intelligents. Le débat semble cependant avoir atteint ses limites à en croire les propos tenus par la mairesse Vicki May Hamm et les membres de son équipe. lundi dernier (19 janvier).

Devant une salle bondée d’une cinquantaine de citoyens, dont plusieurs opposants au déploiement prévu par Hydro-Québec à partir du 31 janvier, la première magistrate s’est faite insistante à l’effet que la Municipalité a joué toutes ses cartes dans ce dossier en s’assurant de transmettre l’information à la population. Pour la suite des choses, elle croit que «Magog Refuse» devrait mener son combat à un autre palier législatif.

«Je comprends que vous avez eu de l’écoute des élus locaux, car on s’est impliqué dans le dossier étant donné que nous possédons notre propre réseau de distribution avec Hydro-Magog. Mais mon impression à ce stade-ci, c’est que vos revendications ne sont pas faites au bon niveau. Il faut vraiment le faire à un niveau supérieur, car nos pouvoirs sont extrêmement limités, même si on attend encore des avis juridiques à ce sujet», dit-elle.

Vicki May Hamm n’est également pas passé par quatre chemins à la suite d’une intervention au micro du porte-parole du regroupement citoyen, Jean-Claude Morin, en affirmant qu’il n’y aura pas d’injection massive de fonds publics pour faire une guerre à Hydro-Québec. «Les citoyens sont tous intelligents, alors on leur dit: informez-vous et prenez votre décision. De notre côté, on a fait nos devoirs», a-t-elle lancé sur un ton sans équivoque.

Pour permettre aux indécis d’avancer dans leur réflexion, des experts du département de la santé publique du Québec tiendront une séance d’information à l’hôtel de ville le 27 janvier prochain, à 19 h. D’ici là, «Magog Refuse» organise une activité portes ouvertes le 24 janvier, de 12 h à 17 h, au 211, rue des Pins à Magog (stationnement à l’arrière de l’église St-Paul). Rappelons également qu’Hydro-Québec rencontrera la population le 21 janvier (16 h à 20 h) à l’Hôtel et Spa Étoile-sur-le-lac.

Ils ont dit à leur tour de table…

Steve Robert

«Me faire bombarder de courriels comme si je me faisais rentrer un hamburger dans bouche, je n’en ai pas besoin. «Magog Refuse», enlevez moi de votre liste d’envoi. Sur quoi je vais me fier, c’est Santé Canada. C’est ce que je fais quand j’ai des décisions à prendre dans ma vie de tous les jours et je vais continuer ainsi.»

Yvon Lamontagne

«Je suis convaincu que c’est une question de très gros sous, car Hydro-Québec élimine un paquet de jobs à ceux qui font la relève des compteurs. De plus, je ne peux pas m’empêcher de penser à l’avenir de nos jeunes qui vont être exposés toute leur vie. Si j’ai demandé un compteur non communicant, c’est pour une question de prévention.»

Denise Poulin-Marcotte

«J’ai fait la demande du retrait. Ça été compliqué, car Hydro-Québec ne comprenait pas pourquoi je voulais le retirer. Je leur ai dit que ce n’était pas de leur affaire. Moi, je vais payer et ça ne vous regarde pas. Je comprends l’inquiétude et j’invite les gens à s’informer pour se conforter dans la décision que vous prendrez.»

Jean-Guy Gingras

«Les compteurs intelligents, c’est une goutte d’eau comparativement au cellulaire que je me colle sur la tête. Si quelqu’un me prouve un jour que c’est dangereux, je vais payer 85 $ pour le faire déconnecter. Ça ne veut pas dire que je suis d’accord avec Hydro-Québec. Au contraire, je ne suis pas d’accord qu’ils aient acheté les compteurs à l’extérieur du Canada et de ne pas avoir tenu de consultation publique avant de commencer l’installation. Cette discussion-là, on aurait dû l’avoir en 2013 et non aujourd’hui.»

Robert Ranger

«J’ai travaillé sur des bateaux de guerre où on avait des équipements beaucoup plus puissants. On pouvait faire cuire des steaks là-dessus et pourtant, je suis encore là. J’ai travaillé dans des centrales nucléaires et je suis encore là. Je ne veux pas minimiser votre peur, elle est légitime, mais il ne faudrait pas l’amplifier et en créer une quand il n’y en a pas. J’ai quand même dit non aux compteurs intelligents. Pas pour des raisons de santé, mais bien parce qu’ils ont été fabriqués en Suisse plutôt que chez nous. Je vais payer la pénalité, car je suis en maudit qu’on aille aucune retombée.»

Jacques Laurendeau

«Ce que j’espère, c’est que les citoyens ont assez d’information pour prendre une décision la plus éclairée possible. Pour ma part, je vais me fier aux recommandations de Santé Canada.»

Pierre Côté

«M. Gingras a tout résumé ma pensée. Je ne recommencerai pas à tout répéter.»

Diane Pelletier

«Beaucoup a été dit ce soir sur la problématique des compteurs intelligents, alors je n’en rajouterai pas, mais je vous invite fortement aux deux rencontres d’information. Quand on veut prendre une décision éclairée, l’important, c’est d’avoir l’information.»

Notons que Nathalie Pelletier n’a pas fait mention de ce sujet lors de sa prise de parole

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal Le Reflet du Lac

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s