Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Radiofréquences : Des boîtiers métalliques qui dérangent

6 janvier 2015 – Source : Journal La Seigneurie

Des boîtiers métalliques assurant la couverture pour le service sans fil ont fait leur apparition dans le paysage bouchervillois, pour la plus grande déception de certains citoyens, qui critiquent leur apparence, leur emplacement sur les poteaux et craignent la présence de radiofréquences.

«Moi, je ne crains pas les radiofréquences, mais ma conjointe, oui. Je trouve ça plutôt inesthétique. Ça ressemble à un frigidaire. La compagnie aurait pu trouver un poteau avec un arbre ou une haie devant qui aurait dissimulé ces boîtes», soutient Alain-Yves Pigeon. Un boîtier a été installé dans un poteau à côté de sa maison, rue Joseph-Babin.

Chez Telus, on explique qu’il s’agit de minisites sans fil visant à répondre aux besoins de couverture mobile. «Nous installons ce site parce que la demande pour le service sans fil dans ce quartier dépassera bientôt la capacité de l’équipement actuel. Sans ce site, les gens risquent d’observer un service sans fil de moindre qualité», indique Marie Huot, porte-parole de l’entreprise.

Si cet équipement est installé si bas, c’est qu’il se trouve sur un poteau qui sert également à d’autres services publics, comme Hydro-Québec et Bell. Telus doit donc tenir compte des équipements déjà présents, explique Mme Huot.

Il n’a pas été possible de connaître le nombre exact de minisites installés par Telus, à Boucherville, pour des raisons de concurrence, selon la porte-parole.

Radiofréquences

René Robert, un citoyen de Boucherville, ne réside pas près d’un minisite, mais craint les radiofréquences qui pourraient être émises par ces boîtes. «J’ai une inquiétude quant aux radiofréquences que vont émettre ces boîtes. Si une personne est électrosensisble et que la boîte émet beaucoup de radiofréquences, elle pourra en être affectée», soutient-il.

M. Robert a questionné à deux reprises la Ville à ce sujet lors d’assemblées publiques. Une première rencontre entre des représentants de la Ville et de Telus a eu lieu en décembre.

Toutefois, comme les télécommunications sont de juridiction canadienne, la Ville conseille aux citoyens de communiquer avec leur député fédéral s’ils ont des commentaires à émettre. Au bureau de la députée de Verchères-Les Patriotes, Sana Hassainia, on indique être en communication avec les autorités responsables de la gestion du spectre à Industrie Canada.

La porte-parole de Telus assure que l’équipement, mesuré à partir du sol, n’émet pas plus de radiofréquences que ce qui est permis par le Code de sécurité 6 de Santé Canada, qui régit l’exposition aux radiofréquences.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal La Seigneurie

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s