Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Deux options dans le déploiement des compteurs communicants

24 novembre 2014 – Source : Journal de l’habitation

ÉNERGIE. Les compteurs de nouvelle génération d’Hydro-Québec commencent à être déployés dans plusieurs région du centre et de l’est du Québec, dont dans la capitale. Certains consommateurs s’en inquiètent et cherchent à être rassurés ou exemptés.

D’ici 2018, Hydro-Québec veut avoir remplacé les compteurs électromécaniques par des appareils numériques pour ses 3,8 millions de clients résidentiels au Québec. L’opération a commencé en 2013 dans la région de Montréal.

Deux possibilités s’offrent aux propriétaires. L’installation sans frais d’un compteur de nouvelle génération qui enregistre et transmet, par radiofréquences, les données de consommation. Un propriétaire peut choisir l’autre option, celle d’un compteur, numérique aussi, mais parce qu’il n’émet pas de radiofréquence, est appelé «non communicant». Il nécessite alors la visite d’un employé pour le relevé de ses données.

Pour se prévaloir de cette deuxième option, il faut aviser Hydro-Québec et s’attendre à des frais de 15$ pour l’installation (si l’on a répondu dans un délai n’excédant pas 30 jours) et de 5$ par mois. La société d’État a dû abaisser ces tarifs à la suite d’une décision de la Régie de l’énergie rendue en septembre dernier. À la Coalition de lutte contre la pollution électromagnétique, on aurait souhaité que l’option de retrait soit sans frais.

Refus de 0,5% des clients

Selon Patrice Lavoie, conseiller principal médias chez Hydro-Québec, pour 2,3 millions de compteurs de nouvelle génération installés jusqu’à présent, seulement 0,5% des clients se seraient prévalus du droit de retrait. Cela représente un peu plus de 10 000 personnes.

M. Lavoie a à répondre à de multiples questions sur les compteurs intelligents, entre autres, sur leur innocuité. À ce sujet, il réfère aux documents émanant des directeurs régionaux de santé publique du Québec et de Santé Canada. Pour les uns comme pour l’autre, l’exposition aux radiofréquences émises par les compteurs intelligents ne poserait pas de risque pour la santé, étant inférieure aux normes de Santé Canada.

Gains et possibilités

En passant à l’ère numérique, Hydro-Québec réalisera des bénéfices et des gains d’efficience, explique encore M. Lavoie. Avec la nouvelle technologie, la société d’État réalisera des économies de 200M$ en 20 ans, n’ayant plus à payer les frais de transport et du personnel pour les relevés. «Et on n’aura plus à débourser pour remplacer quelque 80 000 appareils électromécaniques annuellement.» Ce type d’appareil à disque et à cadrans ne serait d’ailleurs plus fabriqué en Amérique du Nord depuis quatre ans.

Dans la lettre qu’Hydro-Québec achemine aux propriétaires, elle fait valoir que la facture d’électricité sera établie à partir des données de consommation réelles plutôt qu’en fonction de données estimées, qu’une panne pourra être signalée automatiquement, que la nouvelle technologie lui permettra d’offrir différentes fonctionnalités, comme celles de pouvoir mieux suivre sa consommation.

Ajustement à la hausse?

Ce sont justement ces nouvelles fonctionnalités qui font dire à l’analyste indépendant Jean-François Blain qu’Hydro-Québec détiendra alors une clé pour introduire de nouvelles mesures. C’est le cas des tarifs différenciés dans le temps, des cycles de facturation plus courts, des mesures de gestion de la charge en période critique et du délestage, par exemple. Selon l’expert, la facture annuelle pourrait grimpées de 5 à 7% si, précise-t-il, Hydro-Québec obtient de la Régie la possibilité de composer avec de nouvelles règles tarifaires.

Le porte-parole d’Hydro-Québec donne la réplique à M. Blain comme à ceux qui doutent de la justesse de la lecture des nouveaux compteurs. «Il y a beaucoup de désinformation. Les compteurs intelligents n’inventent pas des kilowatts/heure. Dans les rares cas où les factures ont augmenté à la suite de l’installation des compteurs de nouvelle génération, c’était là où les releveurs n’avaient pas accès aux compteurs électromécaniques. Les procédés de facturation au mois ne changeront pas. Si la facture est plus élevée, c’est qu’il a fait plus froid, que les habitudes de consommation ont changé, qu’il y a plus de monde dans la maison.»

Derniers commentaires (sous l’article parue sur le site du Journal de l’habitation)

Alexandre
24 novembre 2014 – 08:56

Si on exigeait qu’Hydro-Québec fournisse publiquement les preuves concrètes sur leurs affirmations, le discours changerait complètement. Comment est-ce possible d’affirmer que «seulement 0,5% des clients se seraient prévalus du droit de retrait», alors que dans ses statistiques, Hydro-Québec NE TIENT PAS COMPTE des personnes qui ne sont pas encore au courant de l’existence des nouveaux compteurs, ni ne tient compte des personnes qui n’ont pas eu le temps de manifester leur refus et se sont retrouvé avec un compteur intelligent installé chez eux alors qu’ils n’en voulaient pas. Ne tient pas non plus en compte des personnes qui après s’être fait installer à leur insu un compteur intelligent font la démarche pour le faire remplacer par un compteur non-communicant, faute de ne pouvoir garder «l’ancien compteur à roulettes». Ne tient pas compte non plus des gens qui téléphonent Hydro-Québec pour se prévaloir du droit de retrait, mais ne peuvent le faire puisque les lignes téléphoniques d’Hydro-Québec coupent à chacun de leur appel comme si on leur raccrochait au nez. Désinformations? J’ai fait mon propre sondage auprès de chaque personne que je rencontre à travers ma clientèle et mon réseau d’affaires partout au Québec, et je ne suis pas le seul à le faire. Pour plusieurs raisons, 9 personnes sondées sur 10 sont en désaccord avec cette nouvelle technologie qui leur est imposée, et 7 personnes sur 10 ne veulent pas de compteur intelligent. La population devrait savoir qu’il s’agit, à l’heure actuelle, d’au minimum 50 % des clients d’Hydro-Québec qui ne veulent pas de compteur intelligent, ni chez eux, ni dans leur environnement. Un bon journaliste d’enquête devrait être en mesure d’aboutir à un résultat comparable en se penchant sérieusement sur ce dossier de manière approfondie et démêler le faux du vrai. Encore faut-il trouver la clé des menottes et ainsi avoir le droit sur la diffusion de l’information. Stratégie marketing? Depuis environ deux semaines, les informations à propos de «l’option de retrait» a disparue des lettres d’avis d’installation qu’Hydro-Québec envoie à ses clients. Non seulement les informations portent à confusion, mais sont maintenant mentionnées seulement à l’intérieur d’un dépliant inclus dans l’enveloppe. Entre vous et moi, combien de personnes prennent la peine de lire un dépliant qu’on considère à vue d’oeil rapide comme étant qu’une simple publicité? Les gens s’attardent plutôt à lire que la lettre qui nous leur est adressée et jettent les «pubs» au recyclage. Clientèle dans le brouillard Plusieurs formulations de termes techniques ont jusqu’ici été utilisées à propos des nouveaux compteurs : «compteur de première génération», «compteur de deuxième génération», «compteur de nouvelle génération», «compteur intelligent» et «compteur non-communicant». Tout porte à confusion et il n’y a malheureusement que très peu de gens qui prennent la peine de se documenter, en plus de croire ne pas avoir de choix d’opter pour un compteur intelligent qui leur sera installé par défaut, puisqu’ils doivent payer pour avoir un compteur qui ne communique pas d’informations personnelles et qui n’émet pas de radiofréquences. Ceci vient ajouter un pouvoir dissuasif.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site du Journal de l’habitation

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s