Lévis Refuse

Lévis Refuse les compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Compteurs intelligents d’Hydro-Québec : des Lévisiens préoccupés

18 novembre 2014 – Source : Ici Radio-Canada

Un peu moins d’une centaine de citoyens de Lévis qui s’opposent à l’installation des compteurs intelligents d’Hydro-Québec, se sont prononcés mardi lors d’une soirée d’information.

Ils étaient réunis dans le secteur de Saint-Jean-Chrysostome. Plusieurs ont dit craindre les impacts sur la santé de ces compteurs qui émettent des radiofréquences.

Les porte-parole ont expliqué aux citoyens qu’ils peuvent y renoncer, même s’ils sont déjà installés. Ils voudraient que des études soient réalisées sur cette nouvelle technologie pour que les citoyens soient mieux informés.

Des problèmes de santé

Jocelyne Breton, qui a lancé le groupe Lévis refuse les compteurs intelligents, s’est adressé aux personnes présentes mardi soir. La femme qui a dû rester à la maison pendant un an, affirme avoir été exposée aux radiofréquences en permanence durant cette période.

« J’ai vu ma santé décliner à partir du mois de septembre jusqu’au mois de mars », a-t-elle affirmé. Après quoi elle a effectué des tests de santé, le problème aurait été ciblé au mois de juin. Les systèmes sans fil dans sa résidence auraient eu un effet sur sa santé.

Elle a fini par se débarrasser des systèmes sans fil et à remettre du filage pour ses services électroniques. Avec l’arrivée des compteurs intelligents, elle craint de voir sa santé décliner à nouveau.

Pour elle, il ne s’agit pas de se débarrasser complètement de ces nouveaux compteurs intelligents d’Hydro-Québec, mais plutôt d’offrir le choix éclairés aux propriétaires de la province.

« Ils ne nous laissent pas choix, on est pris avec ça, fait-elle savoir. Pourquoi d’un coup on aurait besoin de changer 3,8 millions de compteurs en même temps. Ils n’ont pas tous été installés en même temps ? »

Elle n’est pas la seule à douter de l’utilité de changer les compteurs dans autant de résidences.

Raymond Bernard, présent à la rencontre, s’est dit déçu par le fait qu’Hydro-Québec lui laissait peu d’options. « Je voulais savoir quels étaient les choix que j’avais, finalement je n’avais pas tellement de choix », a-t-il fait savoir à sa sortie de la réunion.

Il s’est dit toutefois satisfait de ce qu’il a appris mardi soir.

> Lire la nouvelle en ligne sur le site d’Ici Radio-Canada

Publicités

Une réponse à “Compteurs intelligents d’Hydro-Québec : des Lévisiens préoccupés

  1. Lévis Refuse les compteurs intelligents 20 novembre 2014 à 02:29

    Merci à Radio-Canada pour cet article.

    Cependant, j’aimerais rectifier l’affirmation suivante « Pour elle, il ne s’agit pas de se débarrasser complètement de ces nouveaux compteurs intelligents d’Hydro-Québec, mais plutôt d’offrir le choix éclairés aux propriétaires de la province. »

    Dans l’état actuel des choses, oui nous disons qu’il faut se débarrasser de ces compteurs intelligents (CI). Cependant, ce n’est pas parce que nous sommes contre les nouvelles technologies, mais bien parce que nous questionnons la base désuette d’évaluation de sécurité du code 6 de Santé Canada, qui se soucie uniquement des effets thermiques de ces technologies, et non pas sur les réactions chimico-biologiques et physiologiques. Les impacts environnementaux ne sont pas considérés en termes de dangerosité du développement de l' »électrosmog » sur la vie animale et végétale. Et c’est sur cette norme, qui avec celle des États-Unis, est la plus laxiste au monde que s’appuie Hydro-Québec pour justifier la prétendue innocuité de ces appareils. Même l’Ontario ne s’est pas contenté de cela et a opté pour une norme 100 fois plus sévère!

    Nous considérons donc que les CI comportent potentiellement un risque trop important n’ayant fait l’objet d’aucune étude sérieuse sur les impacts physiologiques qu’auront les émissions électromagnétiques pulsées généralisé de 3,8 millions d’appareils, sans compter les modems et les antennes relais qui fonctionnent avec la même technologie d’ondes pulsées.

    Hydro-Québec n’offre pas de choix réel à sa clientèle. Elle change les conditions de service unilatéralement pour imposer un produit qui n’a jamais obtenu le consentement explicite de sa clientèle, ce qui constitue un précédent historique inacceptable et une atteinte aux droits du consommateur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s